mediapost

Mediapost

ENREGISTREMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

19 octobre 2016

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Un an à peine après la mise en place de DISTRIO par la direction de Mediapost, celle-ci remet déjà en question deux dispositions de la mesure unilatérale sous pretexte qu’elles ne concerneraient qu’une minorité de distributeurs .

DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Fini le paiement des deux tours….
Aujourd’hui, lorsque vous distribuez deux tournées d’une même UG en même temps, l’entreprise vous rémunère sur la base de deux tours. En effet la convention collective limitant le poids des poignées à 500 gr et précisant qu’au delà l’entreprise doit créer une tournée spécifique, la direction de Mediapost avait souhaité regrouper la distribution de ces deux tours en un seul afin de respecter ses contraintes commerciales.

A compter du 1er janvier 2017, sous prétexte que DISTRIO enregistre le temps de travail, Mediapost a décidé de ne rémunérer qu’un seul tour, et d’ajouter les quelques secondes correspondants au geste de la mise en boite de la 2ème poignée sur votre compteur de modulation. Autant dire que cette deuxième poignée ne vous sera jamais payée.

Ainsi, Mediapost reprend le petit avantage qu’elle vous avait accordé dans sa mesure unilatérale.

Aux oubliettes les engagements de Mediapost….
Rappelez vous en 2015, Mediapost affirmait que le distributeur ne serait jamais perdant, que s’il y avait un écart entre le temps de référence et le temps enregistré, ce serait toujours le meilleur des deux temps qui serait pris en compte.

Une nouvelle fois la direction vous a menti et revient sur ses engagements en décidant que désormais seul le temps enregistré par DISTRIO sera retenu.

DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Encore une fois, Mediapost demande aux organisations syndicales de l’accompagner sur un projet patronal qui n’a qu’un seul but :

  • Plus de dividendes pour les actionnaires
  • Plus de précarité pour les distributeurs

Les distributeurs ne sont pas responsables des erreurs stratégiques de l’entreprise , pour la CGT il n’est pas question qu’ils paient l’ardoise sous prétexte que l’entreprise « rencontrerait un contexte économique et concurrentiel difficile ». Surtout que l’examen des comptes de l’entreprise présenter lors du Comité Central d’Entreprise démontre qu’une meilleure distribution des richesses en direction des salariés est non seulement possible mais surtout facilement réalisable.

L’ARNAQUE DE MEDIAPOST !

Pour forcer la main aux organisations syndicales, Mediapost propose en contrepartie de tous ces acquis supprimés, une prime qualité de 310 € bruts annuelle pour les distributeurs à temps plein. Pour les distributeurs à temps partiels, cette prime sera calculée au prorata de leur contrat de travail. Cette prime versée chaque trimestre représenterait pour les distributeurs à temps plein qui seraient éligibles une somme de 20 € net par mois. Pour les autres faites le calcul mais autant dire que cela sera plus de l’ordre d’une aumône que d’une prime…

Attention ! Très peu de distributeurs toucheront cette prime car ils devront remplir deux critères ! En effet pour espérer toucher cette prime, Mediapost exige, d’une part, que le taux de couverture des UG de la Plate-Forme soit entre 90 et 95%, et que, d’autre part, le taux de couverture des UG des distributeurs soit également entre 90 et 95%.

Tromperie ! En choisissant ces deux critères, Mediapost sait que très peu de distributeurs seront éligibles et que l’entreprise n’aura donc pas à verser de prime. C’est totalement inacceptable !

ON N’OBTIENT PAS D’AVANCÉES SOCIALES
EN BRADANT L’INTÉRÊT DES SALARIES !

Considérant que cet accord sur l’enregistrement du temps de travail des distributeurs proposé par la direction dégradait considérablement le système de rémunération actuel des distributeurs et permettait, à terme, de lever l’interdiction sur la limite de 500 gr pour les poignées, la CGT a refusé fermement de signer cet accord. Face à l’intransigeance de Mediapost qui, faute d’avoir convaincu la plupart des organisations syndicales, s’apprête à imposer une nouvelle fois son projet de rigueur, les distributeurs doivent dès à présent se rassembler et entrer dans la lutte avec la CGT.

DES A PRÉSENT, DITES NON AU RECUL SOCIAL !
REJOIGNEZ LA CGT ET LUTTONS ENSEMBLE
CONTRE L’INTRANSIGEANCE PATRONALE !