Ouestmédias-com

La direction décide seule sans concertation avec les syndicats

14 mars 2018

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

 

Le 13 mars 2018

 

 

 

 

 

IMPRESSION DU QUOTIDIEN

Le syndicat Ouestmédias-com-CGT demande l’ouverture de négociation sur l’impression des éditions Ouest-France à Paris.
Le site retenu est la société euclès daily qui imprime sur machine kodak.

 

Lors du Comité d’entreprise du 16 janvier 2018, la direction a, en questions diverses, annoncé que l’impression des journaux Ouest-France (40 éditions) vendus à Paris serait faite dans une imprimerie spécialisée en qualité numérique, sous convention labeur, et ce probablement dès le 1er avril.

A une question posée par un élu sur la qualité visuelle du journal, la réponse de la direction a été : « le format est légèrement plus grand, ce n’est pas aussi bon que sur une rotative KBA » ! Ça veut dire quoi ? Que sous couvert d’économies sur le routage, comme le précise la direction, elle préfère faire imprimer avec une qualité moindre et plus chère, si au final elle réussit à en tirer des bénéfices en supprimant deux emplois aux service expéditions au siège.

Dans une période où le journal dit déployer toutes ses capacités de séduction en direction de nouveaux lecteurs, c’est le monde à l’envers. Peut-on croire la direction lorsqu’elle annonce que cette expérience s’arrêtera là ? Une décision unilatérale et sans concertation avec les syndicats. Il y a deux ans, le président Hutin, lors d’une convocation du secrétaire du Comité d’entreprise et d’un délégué syndical CGT, avait annoncé que le rôle des imprimeurs ne relevait en aucun cas du contenu éditorial du journal, mais bien de la qualité optimale de celui-ci. Voilà où en est aujourd’hui… On marche sur la tête.

Nous ne laisserons pas faire la direction !