PROXIMY

Les conditions de travail des porteurs se dégradent !

9 mai 2016

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Les conditions de travail des porteurs de presse se dégradent de jour en jour et leur charge de travail augmente sans qu’aucune amélioration ne soit apportée à leur rémunération.

Le jeudi 5 mai 2016, jour férié, les porteurs ont dû livrer leurs clients avec des listings incohérents et comportant des erreurs d’adresses. De ce fait, beaucoup de porteurs ont perdu énormément de temps et ont allongé sensiblement leurs distances de trajet par rapport à celles qui leur sont payées.

Bien évidemment, ils sont obligés de subir cette situation s’ils ne veulent pas être l’objet de sanctions disciplinaires et économiques à cause d’éventuelles réclamations des clients.

Le problème des erreurs dans les listings perdure depuis trop longtemps et rien n’indique que la direction travaille à la résolution de ce dysfonctionnement.

Alors que la Filpac a œuvré à la construction d’un accord sur la durée du travail des porteurs qui, lorsqu’il est respecté par les entreprises, permet à chaque porteur d’être payé pour son temps de travail réel, il est inacceptable que les porteurs d’un grand quotidien régional, signataire de cet accord, ne soient pas rémunérés pour le temps et les kilomètres supplémentaires dus à la désorganisation de certains services de l’entreprise.

Conditions de travail dégradées

Conditions de vie dégradantes

De plus, le vendredi 6 mai 2016, la direction a rajouté dans les listings de distribution du titre à diffuser « The Kooples ». Ce titre, qui se présente sous forme d’enveloppe est rémunéré 0,033€ par exemplaire au porteur. Ce prix est totalement dérisoire au vu du produit et contredit les accords d’entreprise qui stipulent que seules les enveloppes livrées à des adresses déjà répertoriées sont payés sur cette base.

Toute peine mérite salaire !

Les porteurs n’en peuvent plus de voir leur conditions de travail se dégrader, et d’être contraint de distribuer de nouveaux produits gratuitement !

Ils demandent à la direction de travailler à la résolutions des problèmes informatiques qui compliquent considérablement l’exécution normale de leurs missions et demande à être prévenu par avance de l’arrivée d’un nouveau titre et d’être rémunéré loyalement pour sa distribution.

La CGT demande à la direction d’entendre les salariés de l’entreprise et sera au coté des porteurs pour la défense de leurs conditions de travail et de rémunération et pour l’amélioration de leur condition de vie.

St Ouen, le 9 mai 2016