EstMédia-CGT

PDV dans le secteur de l’impression
Gutenberg apprécierait…

20 décembre 2017

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Houdemont, le 20 décembre 2017

Depuis le 23 novembre, plusieurs réunions se sont tenues entre les organisations syndicales et la direction sur un projet Plan de départs volontaires (PDV) dans le secteur de l’imprimerie (maintenance machines – manutention, imprimerie, expédition, maintenance industrielle).

Un premier document a été remis aux délégués syndicaux concernant la réorganisation du secteur imprimerie.

La direction a tenté de faire croire que ce secteur était une entité à part en le qualifiant « d’usine », ce qu’ont réfuté catégoriquement les organisations syndicales.

Christophe Mahieu, épaulé par Benoît Rocher (June Partners), a justifié le PDV en expliquant que le coût de revient d’un exemplaire de l’Est Républicain-Vosges Matin s’élevait à 23 centimes l’exemplaire (29 centimes au RL) alors que la moyenne du marché se situait aux alentours de 15 centimes.

Ces chiffres ont été analysés ce mercredi 20 décembre. Le directeur général a révélé que les 15 centimes de moyenne provenaient d’un organisme reconnu par la profession (IFRA). Il semblerait que ce tarif soit une moyenne européenne des secteurs d’impression. Cela n’éclaire pas plus les délégués syndicaux sur la justification de ce PDV. Assistées de leur expert, les organisations syndicales sauront décrypter le langage codé de la direction.

Sur le PDV lui-même, la direction a remis un nouveau document de 50 pages devant servir de base aux négociations. Les délégués et leur expert vont désormais en décortiquer chaque chapitre et chaque paragraphe. Ils espèrent y trouver des mesures proportionnelles aux moyens du Crédit Mutuel.

De prochaines réunions de négociations sont prévues au mois de janvier. Les délégués de l’EstMédia-CGT ne manqueront pas, comme ils s’y sont engagés, à informer l’ensemble des salariés de L’Est Républicain et de Vosges Matin de leur teneur.