CGT Ondulys Saint Quentin

APPEL AUX GRÈVES ET MANIFESTATIONS

13 décembre 2019

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

 

Morcourt, le 12 décembre 2019

 

LICENCIEMENT D’ALICE

 

 

 

LES MOTIONS DE SOUTIEN AFFLUENT !

La fédération du livre, du papier et de la communication, FILPAC-CGT, a demandé à ses syndicats d’envoyer une motion de soutien à la direction d’Ondulys pour dénoncer le traitement inadmissible infligé à notre camarade déléguée syndicale et élue CSE, Alice Gorlier. Les soutiens sont nombreux et dépassent notre fédération. Nous remercions tous les camarades qui se sont inscrits dans cette démarche.

Parallèlement, un recours au tribunal administratif a été déposé pour demander l’annulation de la décision du ministère et pour faire réintégrer notre camarade.

Voici une liste non exhaustive des syndicats ayant déjà signé la motion de soutien :

Fédération Filpac : SICAL à Lumbres (62) – INTERNATIONAL PAPER à Saillat sur Vienne (87) – DS SMITH PACKAGING à Kunheim (68) – KIMBERLY CLARK à Sotteville les Rouen (76) – SAÏCA PACK à Beaulac (33) – SEYFERT CHAMPAGNE à Reims (51) – DS SMITH PACKA GING BRETAGNE à Carhais-Plouguer (29) – BANQUE DE FRANCE EUROPAFI à Vic le Comte (63) – ARJOWIGGINS RIVES à Voiron (38) – AHLSTROM MUNKSJO à Arches (88) – UPM RAFLATAC à Pompey (54) – DOUBLE A à Alizay (27) – SAÏCA EL CHAMPBLAIN à Laveyron (26) – INTERNATIONAL PAPER NORMANDIE à Torigni sur Vire (50) – EXPRESS PACKAGING à Arques (59) – UPM CHAPELLE D’ARBLAY à Grand Couronne (76) – THIOLAT PACKAGING à Blois (41) – DS SMITH PACKAGING à Saint-Just en Chaussée (60) – EUROPAC DS SMITH Rouen PAPER (76) – CNC SMURFIT KAPPA à Reims (51) – SAÏCA LA MIRANDE à Exideuil sur Vienne (16) – DS SMITH CARTONNERIE de Rouen (76) – NORPAPER AVOT VALLEE à Blendecques (59) – SPGC de Poitiers (86) – METROPOLE NORD FILPAC à Lille (59) – FILPAC de Grenoble (38) – SGLI de Limoges (87) – PAPETERIE DE VIZILLE (38) – ALLARD EMBALLAGES VARENNES à Aubigné-Racan (72) – EST MEDIA à Houdemont (54) – UGICT CENTRE TECHNIQUE DU PAPIER à Grenoble (38) – SYNDICAT DU LIVRE de Saint-Etienne (42)

Autres fédérations : FATP DUACOM à Douai (59) – RENAULT à Douai (59) – RDM à Blendecques (59) – CHEMINOTS de Miramas (13) – AGC AUTOMOTIVE à Aniche (59) – CHEMINOTS de Trappes et Rambouillet (78) – CHEMINOTS à Coutras Libourne (33) – CHEMINOTS à Paris Montparnasse (75) – CHEMINOTS d’Hendaye, Saint-Jean de Luz et Bayonne (64) – BOLLORE à Quimper (29) – MANPOWER FRANCE à Paris (75) – SAFEN AEROLOG à Roissy (95) – CARREFOUR SUPPLY CHAIN à Crépy en Valois (60) – RATP BUS à Paris (75) – UNION LOCALE des syndicats de Vitrolles (13) – POLICE SGAMI Ile de France à Paris (75) – UNION LOCALE des syndicats de Paris XVème arrondissement (75) – TERRITORIAUX de Naintré (86) – SNPTRI de Paris 13ème arrondissement (75) – SNPTRI DU Vaucluse (84) – SNPTRI DE L’Isère (38) – SNPTRI DIR OUEST – SNPTRI VN04 (58) – PHARMACIE CENTRALE DES HÔPITAUX de Paris-Nanterre (75) – ETABLISSEMENTS du MOBILIER national et des MANUFACTURES nationales du TAPIS et des TAPISSERIES à Paris (75) – SNPTRI DU CALVADOS (14)

Dans l’Aisne : FATP AISNE à Laon – EPHESE 02 à Saint-Gobain – CHEMINOTS de Tergniers – MBK à Rouvroy – UNION DEPARTEMENTALE des syndicats de l’Aisne à Saint-Quentin – TERRITORIAUX de la Ville de Saint-Quentin – EDUC’ACTION Aisne – ZEHNDER à Fresnoy le Grand – CONSEIL DEPARTEMENTAL de l’Aisne à Laon – UNION LOCALE des syndicats de Villers-Cotterêts – FINANCES PUBLIQUES de l’Aisne – HONEYWELL à Villers-Cotterêts – UNION LOCALE des syndicats de Saint-Quentin – VETROTECH à Saint-Gobain – CHEMINOTS RETRAITES de Saint-Quentin


 

 

APPEL AUX GRÈVES ET MANIFESTATIONS

 

RETRAIT PUR ET SIMPLE

DU PROJET DE « RETRAITE PAR POINTS » !

Le mépris du peuple rend sourd. Macron n’entend rien de la protestation populaire contre sa politique antisociale en faveur de la finance et des super-riches. Il ignore le bruit qui monte des manifestations massives, des grèves déterminées, de l’opposition majoritaire à son nouveau projet de casse de notre système de retraite solidaire, avec la « retraite par points ».

Appliqué et laborieux, le 11 décembre 2019, le premier ministre Philippe n’a fait que confirmer toutes les craintes.

Loin de se contenter de chercher à «sauver la face», Macron fait le choix du passage en force sur les retraites pour faire passer tout son programme de contre-réformes et de destruction des services publics et des acquis sociaux. Malgré la période de l’année, le durcissement probable de l’affrontement, la mobilisation populaire, la convergence des luttes, doivent encore s’amplifier pour le faire plier.

Édouard Philippe ne parvient pas à masquer que :

  • ils utilisent les différences historiques entre les régimes de retraite pour abaisser les droits de tous.
  • ce système permettrait d’abaisser mécaniquement, d’un coup, toutes les retraites, par exemple à la faveur d’une « crise financière ». La valeur du « point » sera la variable d’ajustement : évidemment à la baisse.
  • il inclut le passage de 62 à 64 ans de l’âge de départ à plein droit.

Pour diviser les générations, il prétend épargner les salariés nés avant 1975. Si la retraite par points est vraiment un don du ciel, pourquoi en priver les plus âgés ?

Édouard Philippe promet un minimum de pension à 85% du SMIC net. C’est une misère et, encore, ces 1000 euros par mois, ce sera seulement pour ceux qui auront cotisé au moins 43 ans au niveau du SMIC à 64 ans. Autant dire quasiment personne! Pour les autres, ce sera la pauvreté.

Il est clair que Macron joue la provocation, tente de passer en force, en profitant du calendrier avant Noël. Mais il a le pays contre lui ! Sur des projets de moindre ampleur, les mêmes prétentions autoritaristes de Juppé en 1995 ou de Villepin en 2006 se sont platement écrasées. En 2019, les politiciens de la droite et de la « gauche » traditionnelles, ceux qui ont saboté, à tour de rôle, depuis 30 ans, le financement et les prestations de la sécurité sociale, n’osent même pas soutenir Macron (Ils pensent sans doute aux municipales). Même le patronat se fait discret.

De nombreuses catégories sont déjà ou rentrent dans la lutte : SNCF, RATP, agents hospitaliers, enseignants, électriciens/gaziers, routiers, pompiers, gardiens de prison, dockers… Dans les villes petites et moyennes, les manifestations sont considérables en rapport à la population.

La colère générale, transformée en lutte conséquente, peut et doit aboutir à mettre en échec la politique de Macron, serviteur de l’argent-roi et de l’UE du capital.

La bataille contre la « retraite par points » est un point de convergence naturel pour l’immense majorité des travailleurs.

La CGT Ondulys appelle les salariés a rejoindre et à soutenir les grèves et manifestations. 

Macron joue à « ça passe ou ça casse ». Ripostons !
Il ne s’agit pas seulement du grave sujet des retraites, mais de tout son plan de liquidation des acquis sociaux, économiques et démocratiques de notre pays !

MANIFESTATION A SAINT-QUENTIN

MARDI 17 DECEMBRE

15h

PLACE LONGUEVILLE (AISNE NOUVELLE, BD HENRI-MARTIN)