FILPAC-CGT Chapelle Darblay Grand-Couronne

Compte-rendu des réunions de CE du 27 septembre et du CHSCT du 28 septembre 2017

5 octobre 2017

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Pour les beaux yeux d’Anu !

Cet arrêt technique annuel aura fait couler beaucoup d’encre, depuis l’annonce du report, en juin, pour faire plaisir à notre chef(e) Anu Ahola et surtout pour annoncer des « bons » résultats de la Division au premier semestre !

Quel coup dur porté à notre chaudière qui a eu bien du mal à atteindre l’arrêt de septembre, comme une vieille locomotive à vapeur qui essaie de gravir la montagne.

Comité d’Etablissement du 27/09/2017.

Faiblesse ou gentillesse de la Direction ? Toujours est-il que nous payons très cher ce report de l’arrêt annuel que nous devons, en plus, assumer, y compris le dépassement des travaux. Cher, très cher !

Presque un mois d’arrêt ! nous attendons le chiffrage de ce désastre qui porte aussi un sale coup au personnel, personnel exploitant toutes les installations de l’usine et pas seulement la planche à billets qu’est la chaudière !

Nous dénoncions, en juin, ce report pour les raisons connues aujourd’hui, ignorées à l’époque par la Direction, comme la fatigue du personnel, le ras le bol, l’effet négatif de l’annonce, les conditions de travail pendant l’été. Et l’impact sur la nouvelle organisation, noyée au milieu de tous ces « tracas » !!!

Nous avions malheureusement raison !

Pour l’heure, le budget Maintenance est explosé et les résultats de l’usine plombés.

Pour notre part, nous repartons au combat en dénonçant ces choix à nos Dirigeants et Dirigeantes, à commencer par notre amie Anu.

Notre Directeur, Responsable Maintenance par intérim, Président du CHSCT, d’UPM France, etc….se charge du reste !

Enfin, tout le monde l’espère !!!

Marche de l’usine.

PSE 2014.

Il y a bientôt trois ans, la Direction annonçait l’arrêt de la machine 3 et la suppression de 196 postes. Trois ans de galère pour le personnel et des survivants qui font face à une organisation minimale, tendue, qui ne prend pas en compte la vétusté de certains matériels,  le pourcentage d’absentéisme ou les conditions dégradées, faute d’avoir une Gestion Prévisionnelle, la fameuse GPEC. Arrêts d’ateliers, défaillances, urgences…

Trois ans à se battre, pour une partie du personnel et leurs représentants CGT, pour tenter d’améliorer une situation dramatique qui engendre un résultat financier  proche de zéro, pour nous, encore aujourd’hui.

Combat qui se traduit, aujourd’hui, par quelques embauches, 10 si les 5 CDD restent, et une nouvelle organisation dans les prochaines semaines.

Tout ceci a été développé dans les sept réunions avec le personnel que nous ne détaillons donc pas plus ici, tout le monde connaît, à ce jour, l’état des discussions avec la Direction.

PSE 2017.

Pour la Direction les choses se font tranquillement, les personnes impactées, comme ils disent, quittent Levallois et Chapelle…

L’assistante RH devrait arriver mi-novembre.

Stéphanie est partie, a quitté son poste au Contrôle de Gestion de l’usine. Lucie fait de même…ainsi que Corinne, bientôt…etc, qui s’occupera de la Communication… ? Difficile de communiquer donc !!! et ainsi de suite ! (Rappel : on perd une « Senior Expert RH » pour une assistante, quelle économie…).

Pendant ce temps la Direction remet les médailles du travail, « elle est pas belle la vie », bah non !

Santé/Sécurité.

L’un ne va pas sans l’autre et les témoignages de personnes fatiguées, à bout, sont aujourd’hui monnaie courante, signe que les RPS ont passé les barrières de l’usine. Fatalité ? Sûrement pas, si on refuse ces mauvaises conditions de travail et si on résiste, on lutte, si on dit NON !

Productions.

Les livraisons vers l’Europe sont toujours insuffisantes, attention.

PM6. Meilleure production emballée de l’année, à 20368 tonnes (Gros grammages en Brite) avec une vitesse moyenne à 1433 m/mn !

Dip : Meilleure production de l’année à 18840 tonnes et deuxième meilleur rendement à 74.3%.

Brite : Gros mois en août avec 26% de la production ! C’est trop sur un mois car notre process et nos stockages de MPR ne permettent pas d’absorber ce tonnage.

Toujours une production aléatoire, subie plus que maîtrisée par les opérateurs.

Toujours des problèmes de traitement des boues.

Toujours des soucis de blancheur engendrant, par exemple, de nombreux changements de format aux bobineuses (jusqu’à 7 par faction !).

Qu’en est-il de l’étude allemande pour améliorer la production du Brite ?

Quelle stratégie pour le stockage « extérieur » de « NOS » MPR ?

Rechargement des balles de papiers vers l’Allemagne et récemment vers Shotton.

Ces balles repassent par des centres de tri car trop contaminées, imposant un taux d’humidité faible. Enfin, c’est la raison officielle.

La situation devrait s’arranger en 2018, nous dit-on, avec des campagnes plus courtes et plus lissées.
Nous réclamons toujours une vraie tour de blanchiment, entre autre, pour maîtriser la blancheur.

Déchets et revalorisation.

Conséquences du report de l’arrêt, des boues et des déchets de désencrage (7% à la tonne de MPR) dont on ne sait que faire et qu’on promène dans l’usine…une usine de plus en plus sale, faute d’argent et de volonté de présenter au personnel un site moderne, tourné vers l’avenir.

Pourquoi ne pas replanter des arbustes, des plantes, des fleurs… ?

Investissements.

Les demandes sont à renouveler. Vu la trésorerie (ou le trésor !), pas grand-chose à espérer.

Effectifs au 31 août.
190 hommes et 18 femmes.
250 personnes au total.

Embauches en attente : 2 aux bobineuses, nous demandons toujours des CDD pour pallier l’absence des personnes en maladie longue durée, dont les bobineuses, encore et des stagiaires ou apprentis.

Le Service RH lance la recherche pour les 5 CDD prévus à la nouvelle organisation.

Par contre, le recrutement du Responsable Maintenance est en réflexion ! (Toujours ça d’économisé).

Absentéisme et intérimaires.

L’un ne va pas sans l’autre, encore ! Nous dénonçons les mauvaises conditions de travail, propices à déclencher de l’absentéisme et demandons une réflexion sur l’ergonomie aux postes de bobineurs, postes faisant partie du plan d’actions Pénibilité. Coût intérim à fin août : 600 000 euros.

Comité d’hygiène, Sécurité et Conditions de Travail du 28 septembre.

Nous insistons, nous, sur l’aspect Conditions de Travail lors d’une réunion sous haute tension. Nous représentons le personnel et le personnel est en colère, donc nous aussi…il n’y a qu’à voir l’état de notre usine, sujet développé lors du C.E, comme l’effet sur le personnel du report de l’arrêt annuel.

Médecine du travail : Recherche de prestataires (CDIS) pour pouvoir valider les formations, ARI par exemple.
Plan d’actions des mises en demeure « Fuel Handling » et « Centre d’Affinage ».
Les travaux se terminent, comme par exemple le démontage d’une poutrelle à la trémie de déchargement des plaquettes de bois. Nettoyage approfondi lors de l’arrêt.
Stockage boues, bois : A améliorer pour éviter de créer des retenues d’eau, par exemple. Gestion des stocks !
Secteur Finition : Beaucoup de sujets en attente, il semble que le Responsable ai changé ! (Mandrins, palettes, déchargements…)

Formations aux postes : la Direction doit se donner les moyens d’assurer les besoins de chaque équipe, jour, 2×7 et 3×8 !!!. un vrai travail de RH.

La Direction, toujours doit relancer les plans d’actions sur la Pénibilité (Bruit, Vibrations, charges lourdes, etc..)
La Direction doit avancer rapidement sur la coactivité « piétons/engins » en se dotant d’un vrai plan de circulation avec, par exemple, des documents lisibles pour les chauffeurs, ça traîne !

Nouvelles Consignations. (Type PM6)

L’engagement de finaliser ce dossier (Dip, C/Energie) en octobre n’est pas tenu et repoussé à la fin de l’année. La Direction doit également repenser les salles de consignations, exiguës à l’avenir.

Accueil chauffeurs.

12 000 en deux ans. La Direction doit doter l’usine d’un  accueil digne de ce nom pour respecter la réglementation, d’une part et les valeurs normalement transmises par le Groupe, d’autre part !

Un autre sujet CHSCT que nous ferons vivre !

Date à retenir : Jeudi 12 octobre 2017. Assemblées des syndiqué-e-s. Salle du C.E.
8h30/12h, 13h30/16h45 et 17h/18h30.

Face aux attaques du gouvernement sur notre code du travail, si durement acquis, il est indispensable de nous réunir pour définir ensemble notre feuille de route et les orientations du Syndicat CGT Chapelle-Darblay.

Les personnes qui souhaitent nous rejoindre en adhérant, sont les bienvenues.

Défendre ses acquis pour soi et les générations futures.

 

Notre ambition, recréer des collectifs de travail pour être plus forts et solidaires.

Exemple de prise de conscience au fil des jours…

Réuni ce jour, le 25 septembre 2017, le comité directeur de la CFE-CGC adopte la délibération suivante :

 les ordonnances travail font peser un risque grave sur la situation des salariés.

Elles facilitent la précarisation et la destruction des emplois et créent les conditions de la dégradation des conditions de travail. Par son déséquilibre en faveur d’une flexibilité incontrôlée, cette loi marque un recul sans précédent qui n’aura aucun impact positif sur l’emploi et l’économie.

La surdité du gouvernement est alarmante et augure mal de la suite des évènements.

Refusant de rester passive sauf à se sentir complice de la dégradation de la situation, la CFE-CGC appelle à un mouvement unitaire et invite l’ensemble des centrales syndicales à réagir selon des modalités dont elles définiront ensemble la nature et la date.

Ne pas laisser la division et l’isolement pénétrer nos murs, voilà la première décision à prendre le 12 octobre.

Ensemble et solidaires, surtout quand les temps sont durs !

 

Grand-Couronne, le 03 octobre 2017