EstMédia-CGT

Compte rendu du Comité d’entreprise du 26 octobre 2017

27 octobre 2017

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Réunion CE
26 octobre 2017

 christophe.mahieu@digitalfirst.ebra

Les comptes du mois de septembre paraissent un peu meilleurs. A l’ER, ce sont les baisses de charges qui permettent  un résultat d’exploitation (REX) quasiment équilibré (- 6K€) tandis que le chiffre d’affaires (CA) continue de s’effondrer. A VM, le REX finit en positif à 67 KF grâce à un chiffre d’affaires à + 3,52 %.

Coté effectif, il reste stable à VM avec un salarié en moins depuis le début de l’année…les reconversions n’y sont pas étrangères. Par contre pour l’ER, vingt salariés sont partis dont quasiment la moitié chez les journalistes.

Le web continue sa progression tant en pub qu’en diffusion. A noter une baisse des visiteurs uniques (-11) sur le mois de septembre. Il faut dire qu’en 2016, l’actualité avait entraîné une progression importante des visites, en particulier via les mobiles (+33%).

Information-consultation sur la politique sociale de l’UES

Les élus désignent à l’unanimité le cabinet Sécafi pour l’expertise de cette consultation obligatoire traitant de la politique sociale dans l’UES (emplois, formation…).

Information consultation sur les orientations stratégiques de la direction dans l’UES

Les différentes annonces faites ces dernières semaines par Philippe Carli en particulier sur le développement digital et le secteur industriel et sa volonté de rapidement transformer en profondeur les entreprises, ont amené les élus à nommer un expert pour les éclairer sur ces orientations.

Le cabinet Diagoris est désigné à l’unanimité pour remplir cette mission.

Adhésion aux syndicats patronaux de la presse

Christophe Mahieu précise que cette adhésion n’est pas d’actualité pour le moment.

Les élus de l’EstMédia s’interrogent sur cette position au moment où des négociations primordiales sur les conventions collectives dans la presse vont s’engager.

Faire du web avec Eidos ?

Les élus considèrent que le logiciel Eidos n’offre pas toutes les possibilités pour travailler sur le Web en temps réel « façon Carli ». « A ce stade, rien n’est décidé mais la question se pose  et on ne s’interdit rien en termes de logiciel », déclare Christophe Mahieu.

Permanence « Faits divers » à Nancy et Besançon (suite)

La question circule d’instance en instance depuis plusieurs mois. Les fait-diversiers, notamment de Nancy et Besançon subissent la nouvelle organisation mise en place dans les SDIS (services départementaux d’incendie et de secours). La situation semble bloquée. Mais pour rassurer les troupes, Sabrina Gharbi précise : « les plannings doivent être construits pour que les personnes de permanence de nuit n’aient pas de rendez-vous le lendemain à 9 h. Il faut respecter la règle des 11 h de repos entre deux postes et je vais de nouveau rappeler la règle aux chefs d’agence ». Il serait quand même temps de trouver une solution pérenne pour que les journalistes puissent (enfin) travailler dans de bonnes conditions.

Evolution des effectifs des commerciaux et des chiffres d’affaires de publicité à l’ER et VM au cours des cinq dernières années

Depuis cinq ans, les effectifs des commerciaux sont passés de 42 à 38. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la publicité régionale commerciale a diminué de 10 % à l’ER et de 20 % à VM. « La commercialisation a beaucoup changé. Les ventes prennent plus de temps et les commerciaux ont beaucoup de supports à vendre », précise Christophe Mahieu. Et d’ajouter : « il y a des zones moins bien dotées, notamment les Vosges et Besançon ». Le directeur général aurait-il enfin entendu…et compris les interventions répétées des élus de l’EstMedia concernant les difficultés rencontrées par les commerciaux ?

Problèmes de livraison d’abonnés sur Nancy

Début octobre, 34 abonnés n’ont pas été livrés trois jours de suite (samedi, dimanche, lundi) sur le secteur nancéien. La direction se retranche derrière un problème d’accès aux boîtes aux lettres. Pour les élus de l’EstMedia, l’organisation mise en place, en particulier le week-end, ne répond pas toujours à ce type de situation. La direction des ventes ne pourrait-elle pas s’emparer sérieusement de cette problématique ?

Conseils d’administration du 13 octobre 2017

Le nouveau président Philippe Carli a tenu ses premiers conseils d’administration le 13 octobre.
Après l’analyse des comptes qui montrent un résultat prévisionnel à fin 2017 négatif de dix millions d’euros pour l’ER et un million pour la Liberté de l’Est, il confirme la volonté de l’actionnaire de soutenir ses titres de presse. « On va faire les transformations nécessaires pour arrêter l’hémorragie et détruire du cash. Pour couvrir les besoins en trésorerie et les investissements prévus, le passage par l’emprunt ou par une augmentation de capital, voire un mix des deux est à l’étude ».Un comité directeur du groupe EBRA est mis en place avec les directeurs de titres, un directeur industriel, un DAF et une personne assurant le lien avec EI. Ses membres ont des missions pour le groupe : par exemple, Pierre Fanneau pour la partie digitale et Christophe Mahieu pour les kiosques numériques.
Ce comité donne le « la » et doit tenir le « cap » pour soutenir « notre vision du projet et mettre en place les organisations pour soutenir les nouvelles ambitions éditoriales », précise M. Carli.
Et d’enchaîner, « le collectif prime sur l’individuel pour créer une dynamique de groupe et faire des économies qui n’ont pas d’impact sur la masse salariale… Des responsabilités transversales seront mise en place et si des personnes ne sont pas au bon endroit, il faudra traiter le problème pour les changer de place ».Selon Philippe Carli, les projets devraient être mis en œuvre à une rapidité inhabituelle. Le nouveau responsable du pôle presse précise que les élus seront consultés avant la fin de l’année.Un comité de pilotage dédié au Digital First est mis en place et se réunit une fois par semaine.
La direction a fait appel à un cabinet professionnel (Bearing Point) qui a déjà travaillé sur plusieurs titres de presse dans le cadre de leur transformation numérique.A la question d’un représentant CGT au conseil d’administration sur un nouvel outil industriel, Philippe Carli répond : « J’entends votre demande. Celle-ci pourra être débattue, mais ce sera du « donnant-donnant ».

Selon le nouveau dirigeant du pôle presse, « la vitesse de croisière » devrait être atteinte en 2019.