Ouestmédias-com Cgt

Coronavirus 2e round

31 mars 2020

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

 

 

Coronavirus 2e round

 

 

 

Avant toute chose, nous nous associons à la douleur de la famille de notre collègue d’Aditti décédée du Covid 19.

Coronavirus, l’extension du travail partiel.

Second Comité Social Economique extraordinaire ce jeudi 30 mars, en conférence téléphonique.

« Le journal est maintenant stabilisé sur une pagination d’éditions départementales et nous pouvons donc mieux évaluer les moyens humains qui nous permettent d’assurer au quotidien nos éditions » affirme la direction.

Le chômage partiel augmente. Après la première vague de 26% de chômage partiel, dès demain nous passons à 34 % avec le déploiement sur certains secteurs de la rédaction et le site d’impression de La Chevrolière. Nous avons interpellé la direction afin que les salariés puissent être prévenus le plus rapidement possible des changements de planning.

Rotative à l’arrêt. La Nohab à Nantes est mise à l’arrêt et entraine 50% de chômage partiel chez les cadres et les rotativistes, 10% aux expéditions. Seule la maintenance n’est pas impactée. Deux rotatives à Rennes sont déjà à l’arrêt. Ce qui obligatoirement demande d’envoyer les pages plus tôt, ainsi qu’une pagination adaptée afin qu’il n’y ait qu’un seul changement de plaques dans la nuit. Ceci afin d’éviter que les salariés soient le moins possible en contact entre eux. La direction s’engage à maintenir ce dispositif.

Sports. A la rédaction, l’impact est violent. La réduction de l’effectif est la conséquence de l’arrêt des compétitions sportives. Le déploiement en solidarité dans les Locales est possible mais uniquement sur la base du volontariat et en cas de remplacement de malade. Le chômage partiel sera donc à hauteur de 50%. Les formations Eidos Sports seront néanmoins maintenues afin de minimiser cette activité partielle. Mais en télétravail, pour la direction, « cela parait tout de même très compliqué pour la version Prime ».

SR départementaux. Ils sont en télétravail désormais s’ils le souhaitent. Cette catégorie est également très touchée par le chômage partiel, qui est tournant avec un planning hebdomadaire effectué par le chef d’édition et l’ADD.

Seuls les départements de la Sarthe, la Manche et la Mayenne ne sont pas touchés. Le Maine-et Loire-et l’Orne passe à 20% de chômage partiel, le Calvados à 28%, tous les autres départements à 40% excepté la Loire Atlantique à 50%.

SR Web. Pour la direction, les revenus web sont insuffisants pour étoffer les effectifs.

Suppléments. Beaucoup ont été annulés. La baisse de la charge de travail est estimée à 40%. 

Charge de travail. La direction s’engage à faire respecter les mêmes règles pour tous avec une équité au niveau de la répartition de la charge de travail. Pour la direction, « il semble raisonnable de se fixer un repère de 3 pages à concevoir, organiser et produire par SR (plutôt 4 en temps normal) ».  Une communication sur les modalités du télétravail sera envoyée aux salariés.

Poga, les nouveaux codes. MAL pour arrêt maladie, TLT pour télétravail et ACPA pour réduction d’activité afin de suivre l’absence liée à la réduction d’activité. Tous ces codes comptabilisent bien une journée de travail. Une instruction sera donnée aux assistant(e)s des directeurs départementaux (ADD) et aux chefs d’édition de ne plus toucher au Poga des semaines à venir.

CP, RTT et jours de récupération positionnés. Afin de minimiser l’activité partielle, les périodes de CP et de RTT prévues sont maintenues en l’état. Néanmoins, les journalistes dont les compteurs comportaient trop d’activité effectuée par rapport à l’activité théorique due au 18 mars doivent profiter de cette période pour ramener leur compteur à la normale.

La rédaction en chef le réaffirme. En cette période de crise sanitaire sans précédent, aucun journaliste n’est en obligation d’être en interactions sociales. Et, concernant le planning du week-end à effectif réduit, si les journalistes sont déjà en télétravail, ils le restent.

DOF. Le samedi, du fait de la « régionalisation » du DOF, « il n’est pas nécessaire de maintenir de SR (sauf SR Web) à l’effectif dans : Finistère, Morbihan, Côtes d’Armor, Vendée, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Manche, Orne. Seuls conserveraient le samedi des SR (print et web) : l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Calvados. »

Impact salaires, retraite, congés, mutuelle. Jusqu’au 18 avril, il n’y avait jusqu’ici aucun impact sur la rémunération des salariés. Mais nous apprenons qu’il pourrait néanmoins rester environ 6% à la charge des salariés concernant les cotisations CSG et RDS (la direction attend le détail des ordonnances). Les cotisations Retraite ne sont pas maintenues. En revanche l’acquisition de droits est prévue par le dispositif. L’acquisition des congés est maintenue. Elle ne l’est pas pour les RTT. Aucun impact sur la mutuelle.

La CGT a donné un avis favorable mais en rappelant que nous demandons à ce que l’entreprise prenne bien totalement en charge les cotisations CSG et RDS comme il avait été convenu dès le départ.

Dividendes. A propos des dividendes versés aux actionnaires, jugés malvenus, M. Echelard mentionne que « nous ne sommes pas dans ce cas puisque notre groupe ne verse aucun dividende à des personnes physiques, mais à des filiales, et que notre mission est d’assurer les équilibres. Une solidarité devra s’exercer mais c’est encore prématuré ».

Gels désinfectants. En commande 5000 flacons qui sont en attente de réception.

Continuer à prendre soin de vous. Il faut absolument tenir ce confinement. Néanmoins ne restez pas isolé(e), utilisez sans aucune modération les moyens de communication à distance avec vos collègues, parents, proches, amis et vos délégués qui restent à votre écoute.

Vos délégués CGT

Rennes le 30 mars 2020

.