FILPAC CGT Chapelle Darblay Grand-Couronne (UPM)

ENFIN !!!

15 janvier 2020

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

ENFIN !!!

Ils auraient pu déclencher le PSE le 13 janvier, mais une fois encore la lutte des PAP CHAP a obligé, même si après 56 heures d’attente devant les portes de l’usine, UPM à nous répondre.

Même si le contenu nous interpelle encore et nous laisse sous vigilance sociale, la détermination et le sérieux des PAP CHAP les a obligés à reconnaitre qu’on est des humains et pas des numéros. Et que le dialogue social, c’est de se parler, de discuter, de négocier avec les salariés et leurs représentants FILPAC CGT.

Les réponses d’UPM par Mme Ahola : elle nous assure être toujours très près de l’évolution du processus de cession. Elle est ouverte à accompagner des solutions favorables à la filière de recyclage.

Par contre elle ne répond pas favorablement à un délai pour reporter les négociations du PSE, délai qui aurait permis à la commission industrielle pilotée par le Préfet et le Président de la région normande de travailler plus sereinement aux différentes possibilités pour sauver le site de Chapelle et le maximum d’emplois.

Elle nous rappelle pour finir sa lettre, qu’il est crucial, pour le succès de la recherche de repreneur, que tous continuent à démontrer le même sens des responsabilités qui a prévalu jusqu’à présent.

Nous lui renvoyons son commentaire et lui rappelons que les salariés ont attendu 56 heures dehors (jours et nuits) pour que UPM daigne leur répondre.

Les réponses d’UPM par Mrs Schwab, Kubiak et Fagon :

La réponse donnée correspond à la réalité des faits, même si elle n’est peut-être pas rassurante pour les salariés.

La durée du process est de 5 mois, pour la consultation, information et nous disons négociation, ainsi que la validation par la direccte et les délais de mise en œuvre de la décision.

Ils nous rappellent qu’ils sont conscients du rôle de la commission industrielle et qu’ils ont participé activement aux réunions de la commission chapelle ?

Qu’ils ont également des contacts réguliers avec l’état et la région, pour trouver le meilleur support pour les projets de reprise du site.

A notre demande de rencontrer Mr Schwab, il nous est répondu que la ligne hiérarchique soit privilégiée ?

Nos commentaires :

CHAPELLE DARBLAY : 91 ans de savoirs et savoir-faire Papier ! 91 ans de savoir-faire CGT !

Il aura fallu 56 h au groupe finlandais UPM pour répondre aux questions formulées par les travailleurs et leurs représentants CGT. Une première étape victorieuse !

L’arrêt des ateliers débuté lundi 13 janvier à 04h30 était de repousser l’échéancier d’UPM de déclencher le PSE ce jour-là.   Gagné !

Aucune retenue de salaire ne sera faite pour ces 3 jours de luttes. Une seconde victoire pour les PAP CHAP.

Aucun nouvel élément n’émergera d’ici la prochaine commission industrielle fixé au 27 janvier à la Préfecture de Rouen. (Cette commission est composée des représentants de l’Etat, des différents acteurs de la filière papier et la CGT dont le syndicat Chapelle).

La vigilance sociale reste totale !

La volonté d’UPM d’engager un PSE reste d’actualité. L’échéance de fermeture de l’usine au 30 juin 2020 demeure à l’agenda du groupe finlandais, faute de repreneurs.

C’est méconnaître la force des Pap Chap. avec la CGT ! Ils ne lâcheront rien ! Chapelle vivra !

La démonstration que rien n’est écrit d’avance. La lutte continue.

Durant cette bataille, la CGT a démontré une fois de plus sa totale solidarité envers les salariés en lutte par la présence des camarades de l’inter pro.   Merci Camarades !

Notre syndicat CGT remercie toutes les solidarités que se sont exercées et toutes nos structures syndicales en particulier notre union départementale CGT.

Notre syndicat est très fier des PAP CHAP, qui se sont retrouvées dans la lutte, la solidarité et la fraternité. Ils ont su prendre leurs responsabilités et ont prouvé qu’ils savent se battre avec tout le sérieux des valeurs CGT. Ils sont conscients que tous ceux qui ont participé à la lutte, se sont donnés toute la force nécessaire pour les prochaines étapes à venir, ils ont quitté les portes de l’usine, ont rangé le petit village gaulois improvisé pendant ces 56 heures, qui sera réutilisé incessamment sous peu.