Syndicat Filpac CGT Rottersac

Accepter la proposition méprisante de la direction,
ou se mettre en grève ?

13 avril 2021

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

 

 

 

 

 

NAO 2021

 

 

Le Syndicat CGT Ahlstrom-Munksjo Rottersac est actuellement en négociation NAO 2021.

Notre Direction ne semble pas vouloir prendre en compte les très bons résultats 2020 et les prévisions 2021, se cachant derrière un indice INSEE en total décalage avec le véritable coût de la vie.

Notre Direction dans son extrême bonté nous propose :

  • 1% d’augmentation générale
  • Revalorisation de la prime de
  • 1 jour pour décès d’un Grand Père ou Grand-Mère
  • Prime de vacance sans diminution ni bonification liées au temps de présence.
  • Prime d’habillage pour les agents de maîtrise.

Les jours pour décès ne coûtent presque rien à l’entreprise et heureusement sont peu nombreux par an. Nous sommes clairement en dessous de la moyenne en termes de jours disponibles par rapport à d’autres usines. Pourquoi refuser quelques jours de plus pour décès d’enfants, parents et conjoints ?

Le premier mot qui vient à l’esprit, Méprisant !

Depuis des années le groupe ampute la trésorerie de Rottersac de plusieurs millions d’euros. Cette année malgré le covid, l’usine de Rottersac a fait plus de 7 millions d’euros EBITDA et on nous annonce 11 millions d’euros pour 2021.

Au même moment, on vous demande de faire plus d’effort ! Arrêt d’été réduit à 1 semaine par machine, travailler le 1er mai et le 1er janvier et plus aucun arrêt de Noël.

Nous rappelons à tous, que le 1er mai n’est pas un jour comme les autres. Le Premier mai ou journée internationale des travailleurs est une fête internationale instaurée à l’origine comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail, qui devint rapidement une journée de célébration des combats des travailleurs. Cette journée est non travaillée et doit le rester.

Tout cela dans un environnement de travail toujours aussi dégradé, avec des postes non remplacés, toujours plus de contrats d’intérims (Le coût des intérimaires est passé de 50 000 € à 882 000 € par an, en 5 ans), un taux d’absentéisme frisant les 20% en finition, des formations au poste insuffisantes et un manque d’organisation chronique.

D’après notre Direction nous avons été suffisamment remerciés avec les heures covid ! Nous voilà maintenant redevable ? quelle perte pour l’entreprise si les ouvriers n’étaient pas venus bosser, parfois la peur au ventre ?

Nous avons besoin de votre avis pour savoir quelle suite donner à cette négociation :

  • Accepter les 1% ?
  • Grève ?
  • Retourner (à) la table des négociations ? Vous pouvez envoyer votre réponse à la CGT Rottersac Munksjo.

Ceux qui luttent, ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. » Berthold Brecht