UNI-Global Union / Europa Graphical & Packaging - Intergraf

Déclaration commune sur la crise du COVID-19

6 avril 2020

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

DÉCLARATION COMMUNE

sur la crise du COVID-19

Mars 2020

L’industrie graphique européenne compte 113 000 entreprises, qui emploient environ 620 000 personnes dans les différents États membres et génèrent un chiffre d’affaires annuel de 80 milliards d’euros. L’industrie est principalement composée de petites entreprises, 90 % d’entre- elles employant moins de 10 personnes.

La crise sanitaire COVID-19 mettra à l’épreuve la résistance des imprimeries. La capacité à attirer et à retenir les talents a été identifiée comme un élément clé pour l’avenir du secteur et ce défi est amplifié par l’impact de la crise. De même, les partenaires sociaux soulignent l’importance de préserver le tissu industriel et l’emploi comme seule garantie pour la consommation interne de se redresser une fois les mesures exceptionnelles d’isolement levées et pour éviter que la crise sanitaire ne se transforme en crise sociale et financière.

Des secteurs tels que l’imprimerie et l’édition, composés essentiellement de PME, seront durement touchés dans un scénario de baisse continue de la demande. Ces secteurs, qui jouent un rôle fondamental dans la diffusion de la culture et la promotion de la pensée critique, doivent faire l’objet d’une attention particulière. UNI Europa Graphical et Intergraf demandent un plan spécifique pour aider le secteur et appellent les syndicats et les organisations patronales nationales à se joindre à cette demande auprès de leurs gouvernements respectifs.

Santé et sécurité
La santé et la sécurité de tous les employés du secteur graphique doivent être la première priorité absolue de notre approche pour faire face à la crise COVID-19 dans le secteur. Tant UNI Europa Graphical qu’Intergraf demandent instamment à leurs affiliés respectifs d’insister continuellement sur ce point et d’en faire une priorité.

Aujourd’hui, nous n’avons pas de meilleure stratégie pour éviter l’effondrement de nos systèmes de santé que de prévenir la propagation du virus. Les partenaires sociaux doivent être conscients du rôle que les entreprises et les travailleurs jouent dans la lutte contre la COVID-19 et de la responsabilité que nous avons envers la société dans son ensemble.

Des solutions telles que le télétravail, les réorganisations des équipes, les mesures de précaution pour atténuer les risques et le renforcement de l’assainissement des installations – entre autres – sont appliquées pour garantir la santé des travailleurs et éviter la propagation du virus.

L’impression doit être définie comme un « service essentiel »
Nous appelons les autorités nationales à reconnaître l’impression comme un « service essentiel ». Si l’industrie de l’imprimerie n’est pas autorisée à fonctionner comme d’habitude et se voit refuser une aide financière, l’accès aux matières premières ou tout autre soutien, les autorités risquent de ne pas produire les produits indispensables. En effet, la production d’emballages alimentaires et pharmaceutiques doit continuer à garantir l’accès de ces produits aux citoyens dans les supermarchés et les pharmacies. Il faut en priorité éviter de perturber ces chaînes de valeur essentielles.

De plus, les citoyens concernés comptent sur les journaux pour se tenir informés du virus. Selon Eurostat, 10 % des particuliers en Europe n’ont pas accès à l’internet dans leur foyer (ce chiffre pouvant atteindre 25 % dans certains pays), ce qui les empêche d’accéder aux informations en ligne. Il s’agit dans une large mesure des personnes âgées, l’un des groupes de personnes les plus importants qui comptent sur les journaux pour rester informé dans cette crise, étant donné qu’elles font partie d’une catégorie à haut risque. Et selon une enquête Eurobaromètre sur les fausses nouvelles et la désinformation en ligne, les médias imprimés traditionnels, la télévision et la radio continuent d’être les sources d’information les plus fiables. Les fausses nouvelles concernant COVID-19 sont dangereuses, car elles menacent la vie de personnes réelles. En cette période d’incertitude et d’inquiétude généralisées, l’impression des journaux doit se poursuivre.

Renforcer le dialogue social à tous les niveaux
UNI Europa Graphical et Intergraf invitent en outre leurs affiliés à renforcer le dialogue social et la négociation collective au niveau national, de l’entreprise et de l’usine afin de forger le plus grand consensus et engagement possible pour lutter contre la propagation du virus. Un dialogue social fort et solide à tous les niveaux contribuera sans aucun doute à éviter la perte de talents, à assurer la survie des entreprises et à protéger les moyens de subsistance et les salaires des travailleurs en appliquant les meilleures pratiques et approches nationales tels que les programmes nationaux de travail à court terme.

Sauvegarde des chaînes d’approvisionnement de l’imprimerie
L’accès au papier, au carton, aux feuilles et aux plastiques est essentiel pour que les imprimeries européennes puissent continuer à fournir aux consommateurs des biens essentiels, tels que les aliments, les médicaments et les journaux.

Les imprimeries ne peuvent également fonctionner qu’avec l’utilisation de solvants, en particulier l’éthanol/alcool éthylique synthétique et l’isopropanol. Ces deux solvants sont également utilisés pour produire des désinfectants, pour lesquels la demande a considérablement augmenté avec le COVID-19. Les imprimeries connaissent une pénurie de ces solvants et, dans certains pays, elles n’y ont pas accès. S’il est important que l’approvisionnement en éthanol/alcool éthylique synthétique et en isopropanol soit d’abord assuré à des fins sanitaires, son approvisionnement pour la production continue d’emballages de produits alimentaires et de médicaments doit également être maintenu.

Les entreprises d’imprimerie doivent obtenir des liquidités et des crédits
Comme plus de 90 % des entreprises d’imprimerie en Europe sont des PME, il est crucial de leur accorder une flexibilité suffisante pour faire face à d’éventuels problèmes de liquidités. Il est essentiel qu’au niveau européen et national, une certaine souplesse soit accordée en ce qui concerne les règles fiscales et les politiques d’aides d’État. En particulier, le fait de garantir les fonds de roulement et de permettre le report des impôts et des cotisations sociales contribuera à préserver les liquidités des entreprises. Des garanties d’État pour les lignes de crédit, en particulier pour les PME, devraient également être fournies. Les autorités devraient veiller à ce que les banques et les intermédiaires financiers maintiennent le flux de crédit.

Les entreprises d’imprimerie peuvent bénéficier de possibilités de financement
Comme de nombreux autres secteurs, l’industrie de l’imprimerie sera confrontée à d’importantes pressions financières au cours des semaines et des mois à venir. Dans un secteur qui subit déjà de fortes pressions, un soutien sera nécessaire pour garantir que les entreprises d’impression survivent à la crise actuelle et soient en mesure de contribuer à la reprise économique lorsque les restrictions seront levées. L’accès aux possibilités de financement au niveau national et européen pour les entreprises d’imprimerie et leurs travailleurs sera donc vital.


Intergraf est la fédération européenne pour la communication imprimée et numérique. Nous sommes une association professionnelle et un partenaire social basé à Bruxelles qui représente les employeurs de l’industrie européenne de l’imprimerie. Intergraf représente 21 fédérations nationales de l’industrie de l’imprimerie dans 20 pays. Notre tâche principale est de représenter et de défendre les intérêts de l’industrie de l’imprimerie et de la communication numérique en Europe, en travaillant avec l’Union européenne pour soutenir la compétitivité du secteur par la défense des intérêts, le partage d’informations, la mise en réseau et le dialogue social. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site : www.intergraf.eu

UNI Europa Graphical (UNI-EG) est le secteur graphique européen d’UNI-Graphical. En tant que tel, il promeut la solidarité et la compréhension entre les organisations syndicales européennes des secteurs du graphisme, de l’emballage, de la transformation du papier, de l’édition, de la production de journaux et des médias connexes. UNI EG représente près de 200.000 membres parmi 48 syndicats dans 32 pays. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site : www.uniglobalunion.org