CGT Clear Channel

Renforçons le mouvement pour obtenir satisfaction !

13 mars 2020

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Vendredi 13 mars 2020

Hier matin a eu lieu une réunion du CSE. La majorité FLAG/CGT que vous avez choisi pour vous représenter a une nouvelle fois constaté que, contrairement aux obligations légales de

l’employeur, des éléments essentielles à la compréhension du projet de transfert d’une partie des contrats techniques sont délibérément occultés par cette Direction.

Pour la deuxième fois le vote d’une motion a été demandé pour suspendre la réunion et obtenir une mise en régularité de la procédure. Les 10 élus majoritaires FLAG/CGT ont votés pour la suspension, 5 élus CFDT/UNSA ont votés contre et un élu UNSA a voté l’abstention.

Comme on dit « c’est dans les moments difficiles que l’on reconnait ses vrai amis« .

Dans la foulée notre majorité a quitté la salle mais, dans un mépris total de cette instance démocratique, la Direction a continué la réunion en toute illégalité avec l’approbation des 6 élus minoritaires UNSA et CFDT qui sont restés dans la pièce, faisant ainsi le jeu des dirigeants d’Eseis et de CCF.

L’UNSA et la CFDT qui n’ont pourtant pas un seul élu sur les 6 sièges du collège ouvrier/employé alors que c’est la catégorie de salariés en très grande partie impacté par ce lugubre projet d’externalisation. Les masques tombent…

La majorité des membres a aussitôt exigé la tenue d’une réunion exceptionnelle dans les plus brefs délai pour acter l’entrave du CSE par la société et ses complices ainsi que la saisine du tribunal d’instance en référé afin de demander l’annulation de cette procédure.

Dans une vidéo envoyée en urgence hier soir, la Présidente ARAKI, non contente d’approuver une entrave caractérisé aux mandats de vos élus majoritaire, essaie de convaincre les salariés du bienfondé de sa basse besogne dans un énième message laborieux.

Une grande peur ressort plus que tout du message vidéo de la Présidente : LA GRÈVE ! 

Si grâce à vos actions un premier pas a été obtenue cette semaine avec un accord de principe sur l’attribution d’une prime d’accompagnement et la négociation d’un accord tripartite, aucune date et aucun projet écrit ne nous a encore été proposé. Rien n’est signé.

Plus que jamais il est temps de renforcer le mouvement pour obtenir dès la semaine prochaine cet accord écrit et signé par Eseis et CCF.

La semaine prochaine sera décisive : si nos actions se renforcent la propagande savamment orchestrée par la Direction et ses alliés tombera à l’eau et Madame ARAKI n’aura d’autre choix que d’entendre et accepter nos revendications légitimes.

Vos élus et représentants CGT